.10x10 trans 0

mod TOP carte

10x10 trans 0

Comment ça va à Vivre Autrement ?

Publié dans UD FO93

12 decembre journal FO93VA logoVoici plusieurs mois que nous, les représentants du personnel auprès du CHSCT de l’association VIVRE AUTREMENT, avons alerté la direction parce que les choses n’allaient pas bien !

Le 20 décembre 2018

https://www.vivre-autrement.com/

ALORS QU'AVIONS-NOUS SOUS LES YEUX
LORSQUE NOUS AVONS PRIS CE MANDAT ?

  • Des départs et des recrutements avec de longues périodes où des postes n’étaient par pourvus…
  • Des situations de sous-effectifs, avec des pratiques managériales qui, déjà douteuses à certaines occasions, devenaient carrément “out of control” dans un tel contexte !
  • Des tensions entre collègues !… notamment (mais pas que) parce que parmi les pratiques susnommées figuraient “le clivage et la division”.

C’est donc sans surprise qu’au bout d’un moment les gens s’absentent : parce qu’ils ont raison de se protéger d’abord, et parce que la surcharge manifeste devenait douloureuse.

Entendre cette douleur fait partie de notre mandat de représentants du personnel !

Et la relayer pour en discuter avec celui qui nous paie en fait partie aussi. C’est donc parce qu’on a entendu cette douleur et qu’elle n’a pas été prise en compte par celui qui nous paie … (des mois sans réponse !) …, que nous avons décidé de recourir à une expertise.

L’employeur n’a pas contesté l’intervention, mais il a redoublé d’efforts pour rendre plus compliqué le travail de l’expert. Depuis 11 mois qu’il a commencé, il ne peut toujours pas accéder à certaines informations !
Malgré cela, l’intervenant a demandé au CHSCT de se réunir pour l’informer de l’avancée de son travail. La première fois en juin dernier, et la seconde fois le 11 décembre, pour nous adresser des premiers éléments de constat.

Mais l’expert auprès du CHSCT, son boulot c’est comme le médecin : tu vas le voir quand t’as mal et il te dit ce que tu as (plus ou moins précisément en fonction de ses aptitudes). Mais dans l’idée, tu vas toujours le voir trop tard : quand tu as mal ! (l’autre intérêt, c’est que le rapport de l’expert si tu meurs, ça  pourra aider à défendre ta cause pourra aider à défendre ta cause devant des Tribunaux - toi et les intérêts de tes ayants droit - mais c’est surtout pour tes collègues qui ne ne sont pas encore morts).

 

LE CONTEXTE

  • Des environnements très différents entre Établissement et Service d'Aide par le Travail (ESAT) et entre services de l’association, en soulignant que le climat social à NM s’est plus récemment apaisé depuis l’arrivée d’un nouveau directeur adjoint.
  • De nombreuses exigences tutélaires dans un contexte d’évolution de nos activités, ce qui constitue un changement important de culture : les ESAT doivent ainsi assurer leur gestion comme une véritable entreprise.

 

LE CONSTAT

L’absentéisme est supérieur aux moyennes observées parmi l’ensemble des salariés français (4,5%) :

  • Ici, l’absentéisme est 3 fois supérieur, 12 % en moyenne en 2017 et jusque 18% pour certains établissements. Mais il n’est pas possible de savoir et de comprendre pourquoi parceque des informations sont toujours manquantes (l’absentéisme est-il plutôt fréquent - les arrêts sont nombreux et courts -, ou bien est-il plutôt grave - si les arrêts sont plutôt longs - signe de pathologies plus sourdes liées au travail... ?)

C’est aussi un “turn-over” élevé signe d’une dégradation des conditions de travail

  • 62% du personnel au 31/12/17 a moins de 5 ans d’ancienneté

Un nombre important de salariés présentent des signes d’épuisement professionnel :

  • 1 salarié sur 3 est confronté au risque de burn-out ! (échelles SPPN© et MBI).

Cela est dû, à la charge de travail (51% des salariés disent être souvent ou toujours confrontés à une charge excessive de travail) qui s’explique en partie par l’absentéisme et les vacances de postes, et par une organisation déficiente et un management “directif” :

  • 1 personne sur 2 répond être confrontée souvent à toujours a 
    d’importantes contraintes organisationnelles (manque de clarté, manque d’équité, conflits, absence de soutien vertical, manque de confiance envers le management)
  • Les ordres de la direction sont perçus comme des abus d’autorité ; le management est “autoritaire et brutal”, confirmé par la médecine de prévention, qui s’est traduit - entre autres - par des alertes auprès de l’inspection du travail
  • 39% des personnes disent avoir vécues une ou plusieurs violences psychologiques au cours des 12 derniers mois (contre 20 % en moyenne pour l’ensemble des salariés français d’après l’enquête SUMER 2010), et 89% disent avoir été témoins de violences envers un collègue !

LE TURN-OVER
C’est aussi un indicateur de santé : s’il est élevé, cela veut dire que les gens se sentent mal dans leur travail et qu’ils cherchent à partir ; s’il est bas, c’est qu’on est en 1972 à la Sécu !

PAROLES DE SALARIÉ
“Vous savez, c’est comme les familles maltraitantes : je crains une contamination de toxicité qui laisse des traces”

 

Nous rappelons aujourd'hui certaines OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL :

  • Évaluer les risques pour la santé et la sécurité des salariés et mettre en oeuvre les actions de prévention nécessaires (art. L4121-3)
  • Transcrire cette évaluation dans un document unique (art. R4121-1 et R4121-2) et le mettre à jour au moins une fois/an
  • Prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (art. L4121-1), et mettre en oeuvre ces mesures (art.L4121-2)

 

 

ET AUJOURD'HUI, ON EN EST OÙ ?

Après plus d’un an d’attente, de relances et d’alertes, la direction et le conseil d’administration nient encore l’existence de ces risques.

Malgré nos alertes et celles de l’expert quant à la dégradation effective de l’état de santé des salariés, aucune mesure concrète n’a été prise, contrairement aux engagements du CA et de la direction.

  • À la question “qu’avez-vous fait ?”, le conseil d’administration a répondu avoir “licencié un directeur adjoint”.

De mal en pire. La situation s’est depuis largement dégradée. S'y est rajoutée la discrimination des représentants du personnel !
Un tel contexte d’insécurité ne peut qu’être le terreau d’abus en tout genre (autoritarisme, abus de pouvoir, violences et pressions, pratiques sexistes et racistes). Nous constatons que ni les administrateurs, ni la direction ne semblent aujourd’hui en mesure de protéger et de garantir la sécurité des personnes. Pas plus les personnes handicapées que le personnel salarié.


Face à cette inaction,
la délégation du personnel auprès du CHSCT
a décidé d’opposer son DROIT D'ALERTE. 


Cette décision attend la réunion CHSCT extraordinaire du 23 janvier 2019 au cours de laquelle le conseil d’administration devrait apporter des réponses, 15 MOIS APRÈS NOTRE PREMIÈRE ALERTE !

 

Vos délégués syndicaux FO et CGT

 

 

 totop scroller b

10x10 trans 0

logo FO93.FR Union Départementale Force Ouvrière de Seine-Saint-Denis