MOBILISATION ET GRÈVE 28 février 2024 à 9h00 devant le siège du CDEF à BOBIGNY

MOBILISATION ET GRÈVE 28 février 2024 à 9h00 devant le siège du CDEF à BOBIGNY

▪ Pour un accompagnement de qualité des enfants accueillis au CDEF 93,
▪ Pour la stagiairisation et la titularisation de tous les contractuels,
▪ Pour l’arrêt des glissements de tâches,
▪ Pour la mise en place de moyens supplémentaires concernant l’accompagnement d’enfants atteints de troubles de comportement et/ou handicaps,
▪ Pour le maintien des acquis relatifs au protocole du 19 décembre 2003 sur les conditions de travail dans les foyers publics de l’Aide Sociale à l’Enfance du 93,
▪ Pour le maintien des acquis relatifs au protocole du 12 décembre 2007 sur la réglementation des séjours extérieurs,
▪ Pour l’attribution du Complément de Traitement Indiciaire à tous les agents du CDEF 93.

NON A LA SUPPRESSION DE NOS ACQUIS !!!

Syndicat FORCE OUVRIÈRE du Centre Départemental Enfants et Familles de Seine Saint Denis
Avenue du président Coty 93420 Villepinte – Téléphone : 01.41.51.16.09 – Portable : 06.09.64.18.62
Mail : oc.li1709247201amg@f1709247201edcer1709247201eirvu1709247201oecro1709247201f1709247201m Site : http://forceouvrierecdef93.e-monsite.com

MOBILISATION ET GRÈVE 28 février 2024 à 9h00 devant le siège du CDEF à BOBIGNY

CENTRE DÉPARTEMENTAL ENFANTS FAMILLE 93 EN DANGER

J’ai mal à ma protection de l’enfance !

Depuis deux ans, les professionnels et le syndicat FO CDEF 93 ne cessent d’alerter sur la
dégradation des conditions de travail au CDEF 93 qui a un impact non négligeable sur les
conditions d’accueil des enfants confiés par l’Aide Sociale à l’Enfance de Seine Saint Denis.

Le management autoritaire et brutal mené par la Direction, associé aux projets
successifs en inadéquation avec le contexte actuel du CDEF 93 et les besoins du public
accueilli, se traduisent par des départs massifs et réguliers de professionnels aguerris, investis
dans leurs missions de protection de l’enfance. Cette fuite de diplômés engendre un
épuisement du peu de professionnels qualifiés restants ainsi qu’une perte de sens face à leurs
missions. Cette situation s’est amplifiée par le recours quotidien de vacataires non diplômés
qui, dans un contexte de travail de plus en plus difficile (sureffectifs réguliers, obligation
d’accueil inconditionnel d’enfants quels que soit leurs profils) et au regard du manque de
reconnaissance, ont fui l’établissement public. Aujourd’hui, nous ne pouvons que déplorer la
recrudescence de personnels intérimaires, sur l’ensemble des structures du CDEF 93, ayant
pour conséquence une absence de continuité ainsi que des ruptures néfastes dans
l’accompagnement du public accueilli, déjà morcelés par leur parcours de vie. Cette situation
a, de surcroît, un impact financier exponentiel qui pénalise l’avenir de cette institution.

Dans ce contexte de maltraitance institutionnelle, le CDEF 93 n’est plus en capacité
d’assurer ses missions de protection de l’enfance, eu égard à la bientraitance que
mériteraient les personnes vulnérables confiées par l’ASE 93. Dès lors comment comprendre
que face aux difficultés de recrutement, d’attractivité et de fidélisation, la réponse apportée
par la Direction soit la suppression des acquis sociaux ? Cette suppression ne fera qu’aggraver
la situation avec des répercussions incontestables et délétères sur la qualité de
l’accompagnement et la sécurité du public accueilli.

FORCE OUVRIÈRE APPELLE LES SALARIES
A SE MOBILISER LARGEMENT DEVANT LE SIÈGE DU CDEF 93
MERCREDI 28 FÉVRIER 2024 à 9H00
1-3 promenade Jean Rostand à BOBIGNY

CONTACTS :
Monsieur PAINCHAN (Secrétaire général de l’Union Départementale FO 93) – 01.48.96.35.35 – rf.391709247201of@tc1709247201atnoc1709247201
Madame TESTON (Secrétaire générale FORCE OUVRIERE CDEF 93) – 06.09.64.18.62 – moc.l1709247201iamg@1709247201fedce1709247201reirv1709247201uoecr1709247201of1709247201

FO interpelle la direction Sur La LOCATION GÉRANCE

FO interpelle la direction Sur La LOCATION GÉRANCE

Mr Bompard, à son arrivée en 2018, avait annoncé le passage en location-gérance d’une cinquantaine de magasins pour, selon lui, sauver les hypermarchés. Il y a un an à cette même tribune, à la question combien de magasins vont encore passer en location-gérance vous avez répondu que l’on pourrait atteindre les 50% du parc intégrés.

Favoriser le dialogue social

Favoriser le dialogue social

Le site web espace-odds.fr est un espace ressource en ligne créé par les Observatoires départementaux d’analyse et d’appui au dialogue social et à la négociation (ODDS) pour les ODDS et leurs publics : les acteurs du dialogue social dans les entreprises et les territoires.

Il réunit en un seul lieu des ressources et outils pour soutenir le dialogue social dans les entreprises :

  • des actualités,
  • des outils et publications,
  • des données sur les dynamiques de dialogue social territoriales.

Inscrit dans le cadre du Plan Régional Santé Travail Occitanie, l’espace ressource des ODDS est une initiative de membres des ODDS d’Occitanie, développé avec l’appui de la DREETS Occitanie et de l’Aract. Cinq autres régions volontaires (Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Grand Est, Hauts-de-France et Nouvelle-Aquitaine) se sont associées au développement du projet, aujourd’hui étendu au territoire national. Un comité de pilotage paritaire assure le suivi éditorial du site alimenté régulièrement par les ODDS.

adhésion FO93  par prélèvement automatique

adhésion FO93
par prélèvement automatique

Cher(e) Camarade,

Tu reçois ce courrier car tu règles ton adhésion par prélèvement automatique.

Comme nous te l’avons indiqué au moment de l’adhésion, celle-ci s’élève annuellement à 144 € (pour les employé·e·s), 192 € (pour les agents de maîtrise) ou 240 € (pour les cadres). Les prélèvements se font de février à novembre réservant ainsi 2 mois (décembre et janvier) sans prélèvement. Nous désirons garder ces 2 mois consécutifs sans prélèvement pour te permettre ainsi de te consacrer aux fêtes de fin d’année.

Beaucoup d’adhérents s’interrogent sur les délais assez longs pour obtenir la carte syndicale et les premiers timbres de l’année. L’envoi de la carte est subordonné au paiement des premiers prélèvements, vous permettant ainsi de lisser sur l’année le règlement de la carte.

Conscients de cela, nous avons réfléchi et nous avons pris plusieurs décisions impactant notre fonctionnement trésorerie.

En premier lieu, nous ne répercuterons pas l’augmentation du timbre décidé pour l’année 2024 par la Confédération.

Le deuxième point concerne les prélèvements sur 10 mois. Actuellement, tu règles de février à novembre et tu reçois ta carte après 3 prélèvements, ce qui nous amène à fin avril voire mai. Nous avons pris l’option de prélever en février la somme de :

  • Pour les employés : 32,40 € en février puis de mars à novembre 12,40 € mensuellement.
  • Pour les agents de maîtrise : 37,20 € en février puis de mars à novembre 17,20 € mensuellement.
  • Pour les cadres : 42 € en février puis de mars à novembre 22 € mensuellement.

Comme tu peux t’en rendre compte, aucun centime supplémentaire n’est prélevé.
Seule la répartition est différente.

Nous te rappelons que 66 % de la cotisation va se transformer en crédit d’impôt.
Tous les salariés, même non imposables, bénéficient d’un crédit d’impôt pour les cotisations syndicales. Chacun pourra en bénéficier.
Exemple : un adhérent réglant une cotisation annuelle de 144 €, bénéficiera d’un crédit d’impôt de 95.04 € portant la cotisation finale de son adhésion à 48.96 € pour l’année soit à moins de 5 € par mois.

Voilà Cher(e) Camarade, nous avons tenu compte des remarques et suggestions, nous espérons que cela te conviendra.

Si tu le désires ou si tu t’interroges, tu peux contacter la Secrétaire Générale Adjointe, Laurence LECUREUR rf.391709247201of@ru1709247201eruce1709247201l.ecn1709247201erual1709247201, qui se fera un plaisir de répondre à tes questions.

Reçois cher(e) Camarade nos amitiés syndicales

UNION DÉPARTEMENTALE FORCE OUVRIÈRE DE SEINE SAINT DENIS
1 Place de la Libération – BP96 93017 – Bobigny Cedex
01 48 96 35 35 – rf.391709247201of@tc1709247201atnoc1709247201 – www.fo93.fr Bobigny

le 1er novembre 2023,

Réza PAINCHAN
Secrétaire Général

REVALORISATION DES SALAIRES DES AGENTS DES ESPACES VERTS

REVALORISATION DES SALAIRES DES AGENTS DES ESPACES VERTS

FO SERVICES TECHNIQUES !

👉 FO OBTIENT la revalorisation des régimes indemnitaires des agents des espaces verts.

Nous pouvons annoncer que cette revendication est validée, les agents vont en bénéficier très rapidement…

👉 FO INTERVIENT concernant les conditions de travail des agents de gardiennage du centre technique municipal (guérite) qui travaillent sous une tonnelle, en extérieur, suite aux dernières émeutes et aux dégradations de leur local.

La direction générale des services techniques nous assure que le nettoiement et la remise en état du local sont une priorité…
Les travaux devraient commencer très rapidement.

👉 FO DEMANDE que les agents qui le souhaitent puissent bénéficier des tickets restaurant jusqu’à la réouverture du self de la cuisine centrale.

Nous avons confirmation que c’est possible. Selon la DGST tout est mis en place pour que le self ré-ouvre mi-septembre…

FO 1er syndicat de la ville, toujours présent pour les agents.

ON NE LÂCHE RIEN !!!

FORCE OUVRIÈRE

LE SYNDICAT DES COMMUNAUX
D’AULNAY-SOUS-BOIS

fermeture de la clinique Vauban

fermeture de la clinique Vauban

Livry-Gargan, le 21 juillet 2023

Mercredi 19 juillet 2023, le Tribunal de Commerce de BOBIGNY a prononcé la liquidation judiciaire de la clinique VAUBAN suite au “refus de l’actionnaire de financer la période d’observation en cours”, y compris le maintien des salaires du personnel depuis le 1er juillet 2023.

Rappelons que la conséquence immédiate de cette liquidation judiciaire est l’envoi des lettres de licenciement à tous les salariés dans un délai record maximum de 3 semaines imposé par la loi.

En confirmant qu’elle n’apporterait aucun moyen financier pour redresser la clinique, la direction du Groupe AVEC laisse la charge aux liquidateurs désignés par le Tribunal de licencier l’ensemble du personnel, soit plus de 90 salariés !

C’est donc l’AGS (Association pour la gestion du régime de garantie des créances des salariés) qui prendra en charge les salaires du mois de juillet, les indemnités liées à la rupture des contrats et le contrat de sécurisation professionnelle avec Pôle emploi.
Par contre, une créance de 1,2 M€ au titre de l’année 2022, correspondant à l’aide de l’État destinée aux établissements de santé pour faire face au Covid-19, devait être versée début juillet par la CPAM dans les comptes de la clinique.

Mais cette somme n’a toujours pas été récupérée alors que les Administrateurs Judiciaires avaient réussi à préserver cette créance afin qu’elle serve à co-financer le PSE avec l’AGS.

Il est hors de question pour les salariés que cette somme serve à rembourser les dettes du Groupe AVEC à l’égard des banques ou des fournisseurs appartenant à des multi-nationales !
Nous exigeons donc des liquidateurs et de l’Etat la récupération immédiate de cette somme qui est due aux salariés de la clinique.

Cette créance permet en effet de financer une indemnité supra-légale d’un mois de salaire à compter d’un an d’ancienneté, augmentée de 0,5 mois jusqu’à 10 mois.

En ce qui concerne le financement du PSE par le Groupe AVEC, qui a la responsabilité d’indemniser les salariés pour les licenciements économiques subis de son fait, les salariés demandent un abondement conséquent, qui raisonnablement, devra comprendre au minimum :

  • le maintien et le financement des contrats collectifs de frais de santé et de prévoyance permettant la mise en œuvre de la portabilité de ces droits durant 12 mois.
    Rappelons qu’il s’agit d’un droit acquis par les salariés depuis plusieurs années !
  • une indemnité supra-légale complémentaire, qui ne saurait être inférieure à 3 mois de salaire pour chaque salarié.
  • une aide au financement des formations de longue durée et à la création d’entreprise pour accompagner les reconversions professionnelles.

Alors qu’il faudra se battre pour qu’un repreneur digne de confiance relance impérativement une activité d’offre de soins et créatrice d’emplois dans notre département, il faut également se battre en parallèle, et dès à présent, pour défendre les droits des salariés de la clinique qui sont en train de subir un PSE au rabais financé exclusivement par l’AGS et Pôle emploi !

À ce jour, la direction du Groupe refuse toujours de financer “un PSE ambitieux”, termes employés dans les réquisitions du Ministère Public.

La procédure de licenciement collectif est enclenchée : les élus de la DUP seront prochainement convoqués par les liquidateurs qui leur soumettront leur projet de PSE.

Les salariés de la clinique VAUBAN comptent sur le soutien de tous.

NON À UN PSE AU RABAIS !