Abandon de la retraite par points

19 Avr 2019 | Actu FO régionale et nationale

1er mai 2019 : Solidarité internationale des Travailleurs

Ce 1er Mai 2019 s’inscrit dans le droit fil des années précédentes où les organisations régionales CGT-FO – CGT – FSU – SOLIDAIRES, mais également les étudiants et lycéens de l’UNEF, de la FIDL et de l’UNL se mettaient d’accord sur les revendications pour organiser ce 1er mai de poursuite d’un combat engagé depuis les grèves et manifestations contre la loi El Khomri et les ordonnances Macron qui font aujourd’hui la démonstration de la destruction de pans entiers du code du travail avec toutes les répercussions qu’elles ont dorénavant sur les 3 versants de la fonction publique et sur les entreprises publiques.

Les manifestations des gilets jaunes depuis le mois de novembre font la démonstration du « ras le bol » des salariés, des retraités et des demandeurs d’emplois. Elles font aussi la démonstration que la casse du code du travail, la non augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux, le surenchérissement du prix des carburants, de l’énergie, des transports et tout simplement des produits de nécessité courante conduisent à plus de précarité et de pauvreté.

Depuis plusieurs années nous revendiquons dans ce sens et mettons en garde les pouvoirs publics sur leur volonté de « briser les organisations syndicales » en ne répondant ni aux revendications ni à leurs demandes répétées d’engager de véritables négociations. C’est encore le cas aujourd’hui ; leur seule volonté de « pratiquer » le dialogue social est celui de la mise en place du grand débat, alors que les revendications sont connues depuis le début du quinquennat, c’est de donner le sentiment qu’ils concertent alors qu’ils n’ont pas l’intention de modifier leurs orientations sur les retraites en mettant en place la retraite par points dont les seuls buts sont de baisser le montant de la totalité des retraites, de faire disparaitre les régimes spéciaux et le code des pensions civiles et militaires. Il en est de même pour l’assurance chômage où la casse du paritarisme est réelle et où nous nous rendons compte que les premières prises touchent de plein fouet les cadres avant de s’attaquer à toutes les autres catégories de salariés.

Les attaques portées contre les services publics avec la fermeture de structures entières de proximité comme les hôpitaux, les écoles, les centres d’accueil et de soins de la sécurité sociale, les bureaux de poste et les agences EDF, des gares de la SNCF et des petites lignes, des services de sécurité, des finances etc… etc… détériorent de plus en plus la situation de salariés, des retraités et des chômeurs.

Décidément, NON, il nous faut dire NON et encore NON à la réforme Blanquer, à la disparition des maternelles, au regroupement primaire-collège, à la réforme du lycée, à la fin du bac comme 1er degré du supérieur, à la sélection pour entrer à l’université…

Ce 1er mai, il faudra aussi dire NON à la privatisation d’entreprises publiques comme ADP et ENGIE (GDF) mais aussi au retrait du projet de loi « Ma santé 2022 ».

Ce 1er mai doit nous permettre d’apporter, par la manifestation, notre soutien à la grève des personnels hospitaliers, en particulier dans les services d’accueil d’urgence (SAU) à l’AP-HP, et aux personnels de l’Éducation Nationale engagés dans des actions reconductibles pour le retrait de la loi Blanquer.
Ce 1er mai doit aussi nous permettre d’apporter notre soutien, plein et entier, à nos camarades fonctionnaires qui diront comme nous le 9 mai 2019 :

Retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique
NON à la précarisation des emplois publics
Arrêt des 120 000 suppressions de postes
OUI au maintien des statuts des personnels
dans les 3 versants de la fonction publique.

Nous réaffirmerons à cette occasion notre profonde volonté de défense de la sécurité sociale de 1945 ; Notre opposition à la CSG et oui aux cotisations sociales mais également STOP aux exonérations patronales.

Ce 1er mai, fête des travailleurs, marquera cette solidarité internationale que nous pratiquons depuis toujours et qui nous conduit à soutenir les travailleurs algériens dans leur mobilisation massive pour le départ du régime ainsi que les travailleurs du Soudan qui luttent pour la démocratie et la reconnaissance de leurs droits.

Il marquera aussi pour nous la volonté de condamner toutes les violences et les guerres ou conflit qui existent dans le monde dont sont victimes les peuples et particulièrement les travailleurs.

Cette grande journée d’actions et de manifestation sera marquée tout au long de la journée par la volonté de nous exprimer et de porter les revendications – celles du 19 mars 2019 entre autres.

Le 1er mai au matin nous serons, comme nous le faisons depuis 20 ans, au Père Lachaise, devant le mur des Fédérés et avec détermination, nous marquerons nos racines. Comme nous le faisons maintenant depuis quelques temps, nous accueillerons l’URIF CGT et l’URIF FSU à 9H30 devant le mur des Fédérés où des prises de parole, comme chaque année, nous permettrons d’entendre les représentants de la Libre Pensée, puis les URIF s’exprimeront – la CGT – la FSU et la CGT-FO. La CGT-FO se rendra en fin de cérémonie sur la tombe de Léon Jouhaux pour y déposer une gerbe.

L’après-midi débutera pour nous tous à 14H30 (départ de la manifestation unitaire) à Montparnasse (place du 18 juin 1940) pour nous diriger vers la place d’Italie.
Le rassemblement sur cette place se déroulera sous les ballons et banderoles FO à partir de 13H30.

C’est notre détermination et notre participation qui démontreront que le rapport de force sera concrétisé par notre capacité à porter en grand nombre nos revendications.

Nous savons que le 1er mai ne se situe jamais bien dans les dates. C’est comme cela chaque année. Mais il faut savoir ce que l’on veut : gagner ou se laisser imposer contre-réformes et attaques en tout genre.

Nous comptons sur chacun d’entre vous pour réussir un grand 1er mai.

Paris, le 18 avril 2019


131, rue Damrémont 75018 PARIS
Tél : 01.80.50.12.10