Alerte rouge !

18 Oct 2019 | Actu FO du 93

Amiante dans les collèges du 93

Cela fait maintenant plus d’un an que nos organisations syndicales alertent le Conseil Départemental et la DSDEN des risques graves que la présence d’amiante dans les locaux fait courir aux personnels des collèges du département et aux élèves qui les fréquentent.

Tout a commencé en février 2018 lorsque les personnels du collège Balzac de Neuilly-sur-Marne se sont rendu compte qu’il y avait de l’amiante dans leurs bâtiments, notamment dans les locaux de la SEGPA.

Il a fallu six longs mois de bagarre pour que le Rectorat se décide enfin à fermer ces locaux. Dans le même temps, une des agentes d’entretien de ce collège a connu de très graves problèmes de santé, notamment respiratoires, directement liés à son exposition à de l’amiante : elle avait été en charge, en effet, et pendant des années, du décapage des sols de la SEGPA, en contravention avec une circulaire départementale de 2012 – publiée en application d’une circulaire ministérielle du 28 novembre 2000 – interdisant, par précaution, aux chefs d’établissement de faire décaper les sols des collèges. Même scandale à la même époque à Politzer-Bagnolet.

Nos organisations syndicales ont alors décidé de tirer la sonnette d’alarme. Nous avons réuni en Assemblées générales intersyndicales des centaines d’agent·es et de professeurs du département. Nous nous sommes adressés en leur nom au Conseil Départemental et à la DSDEN pour exiger qu’ils prennent leurs responsabilités. Le 3 juillet 2019 le Conseil Départemental nous a reçues sur ce sujet.

Lors de cette audience, nos craintes ont reçu confirmation : « Oui, il y a des gens qui travaillent dans des collèges amiantés » puisque « l’amiante il y en a dans tous les collèges construits avant 1997 ». Tous les collèges construits avant 1997 ? Cela signifie 80 % des collèges du département. Cela veut dire que 80 % des collégiens de ce département, 80 % des personnels qui travaillent dans ces collèges sont potentiellement exposés à de l’amiante car les fibres peuvent se trouver partout : dans les toits, les sols, les murs…

Le plan de rénovation/reconstruction du Conseil Départemental a permis de désamianter quelques établissements mais les mesures prises sont très insuffisantes. L’accès aux DTA (Dossier Technique Amiante), qui expliquent où se trouve l’amiante dans les collèges, reste trop souvent compliqué. Une partie de ces DTA se révèlent incomplets pour la simple raison que certains espaces des collèges ont échappé aux analyses…
Pour une majorité d’entre eux, ces DTA n’ont d’ailleurs pas été remis à jour depuis 2012 ! La campagne de réactualisation actuelle ne sera pas terminée avant fin 2020. En attendant, le Conseil Départemental se révèle incapable de nous dire quels travaux ont été faits et à quels endroits.

Le Conseil départemental livre les informations au compte-gouttes, et sous la pression. Les familles, elles, ne sont tout bonnement pas mises au courant !

Les employeurs prennent-ils en charge au moins la santé des personnels concernés ? Pas le moins du monde ! Alors même que le Conseil Départemental et la DSDEN connaissent le déroulé de carrière de chacun·e des agent·es et enseignant·es du département, ce sont à ces dernier·es de se manifester et de demander une fiche d’exposition ! Or comment savoir que l’on a été exposé en fréquentant un établissement dans lequel on ne travaille plus depuis des années, si ce n’est par une alerte de notre employeur ? Quant aux personnels qui demandent rendez-vous auprès de la médecine de prévention, on les prévient souvent qu’ils devront patienter plusieurs mois !

Au moins la pratique du décapage a-t-elle cessé dans tous les collèges ? Beaucoup de collègues peuvent attester qu’il n’en est rien malgré les risques officiellement reconnus !

C’est à l’employeur de garantir a priori que toutes les conditions de santé et de sécurité sont réunies pour permettre aux personnels et aux élèves de travailler dans des conditions sereines.

•••

Nous exigeons un diagnostic clair et réactualisé, transmis à tous les personnels, collège par collège.

Nous exigeons, une fois ce diagnostic établi, que les matériaux amiantés, qu’ils appartiennent à la liste A, B ou C, soient tout simplement retirés : nous ne voulons plus d’amiante dans nos collèges.

Nous exigeons que des mesures d’empoussièrement soient effectuées après désamiantage et qu’elles soient transmises aux personnels.

Nous exigeons que tout collègue soit suivi par la médecine du travail, dès lors qu’il a travaillé dans un collège amianté et que ses droits lui soient rappelés et qu’ils soient respectés.

Nous exigeons qu’au moindre doute, toutes les mesures nécessaires soient prises pour garantir la santé des élèves et des personnels.

Contact Presse :
Mme HAMED (FO-CD) : 06 21 04 08 61
M. MOUNIER (SUD Éducation 93) : 06 72 41 37 56


Articles en relation

• L’amiante dans les collèges du 93/
• Amiante au collège/