Élections HLM 2022

Élections HLM 2022

LOCATAIRES COMME VOUS, SOUTENUS PAR NOUS, ÉLUS POUR VOUS !

Mon logement, je le défends !

Du 15 novembre au 15 décembre 2022
Votez pour la liste AFOC93 aux élections des représentants des locataires.

L’AFOC revendique et exige :

  • Le rétablissement du niveau des APL et la suppression des surloyers de solidarité (SLS) et du paiement de toutes les aides directement aux locataires ;
  • Le plein et entier rétablissement du principe de maintien dans les lieux ;
  • La fin de toute modulation des loyers en fonction des revenus et le maintien des loyers réglementés ;
  • L’obligation de garantir une qualité de service et un suivi efficace de la maintenance des immeubles et de leurs équipements, l’exécution des travaux liés au vieillissement des bâtiments et des installations en cours de bail ;
  • La transparence dans l’établissement des charges locatives et à la fourniture de tous les documents nécessaires ;
  • Une totale transparence sur le montant des travaux à réaliser et un droit de regard sur le choix des prestataires retenus par le bailleur pour les travaux ;
  • La mobilité dans le parc HLM soumise au consentement des locataires et assortie de la garantie du maintien du prix au m2 dans le cas d’une mutation ;
  • Le maintien des obligations en matière d’accessibilité, d’aménagement des logements et d’infrastructures pour les personnes âgées ou à mobilité réduite ;
  • Le maintien de la présence des gardiens dans nos résidences et l’amélioration des équipements techniques.

1 Place de la Libération BP96 93017 Bobigny Cedex
rf.316696796559cofa1669679655@tcat1669679655noc1669679655

www.afoc.net

aux militants FO du Parc Social

aux militants FO du Parc Social

Cher(e)s camarades,

Dans les prochains jours les élections des représentants des locataires au sein des bailleurs sociaux vont avoir lieu.

Nous nous adressons à toi, car en tant qu’adhérent(e) à Force Ouvrière, tu es également membre de l’Association Force Ouvrière Consommateurs (AFOC). Tout en actant que L’AFOC est parfaitement indépendante en qualité d’Association de Consommateurs et représentative dans le secteur du logement, la présentation de listes pour ces prochaines élections apparait comme une évidence dans la volonté de défendre les intérêts des locataires L’AFOC présente des listes pour ces prochaines élections. Cette défense passe par le poids que nous pourrons gagner lors de ces élections.

En tant que militants syndicalistes Force Ouvrière, nous aurons également des élections CSE dans les prochains mois. Là aussi, nous devons tout faire pour que Force Ouvrière se renforce partout et donner ainsi du poids à nos revendications.

Tu l’auras compris, nous avons besoin de toi pour gagner. Bien entendu, il ne s’agit nullement d’une obligation, mais simplement de participer à une action collective, qui nous permettra demain d’agir pour la défense des intérêts individuels d’un ou d’une camarade en détresse à cause de problèmes dans son logement, de vérification de charges locatives ou pour la défense d’intérêts collectifs comme actuellement, pour combattre la hausse des loyers et des charges.

Tu trouveras notre profession de foi en pièces-jointe. Merci de la faire connaître autour de toi, car trop de locataires s’abstiennent lors de ces élections. Nous comptons sur toi.

Si tu souhaites recevoir des exemplaires supplémentaires, n’hésite pas à en faire la demande sur :

rf.391669679655cofa@1669679655tcatn1669679655oc1669679655

Paris, le 7 novembre 2022

Reçois, cher(e) camarade nos amitiés syndicalistes.

Pascal LAGRUE

Secrétaire Confédéral
Chargé du Développement et du Logement

Réza PAINCHAN

Secrétaire Général
de L’Union Départementale
de la Seine-Saint-Denis

Augmentation générale des salaires

Augmentation générale des salaires

Le 9 juin 2022
Tous mobilisés par la grève
pour l’augmentation générale des salaires :
300 € d’augmentation, tout de suite !

Le syndicat FORCE OUVRIÈRE d’Aéroports de Paris a pris connaissance de la déclaration signée par l’Union départementale FORCE OUVRIÈRE de Seine-Saint-Denis aux côtés des autres Unions Départementales CGT, CGC, CFTC, SOLIDAIRES et UNSA du 93.
Dans cette déclaration conjointe, elles appellent à la grève pour exiger une augmentation des salaires de 300 euros pour les salariés de la plateforme de CDG.

Le syndicat FORCE OUVRIÈRE rappelle :

  • Le mandat confié par 498 agents de toutes catégories (exécution au cadre) pour « exiger une augmentation de salaire d’un minima de 5% pour endiguer les effets de PACT » qui s’est exprimée au travers d’une lettre ouverte au PDG d’ADP, et qui lui a été portée directement dans l’audience du 13 avril dernier ;
  • Le mandat confié par une centaine d’agent réunis en rassemblement devant le siège social et dans les assemblées générales initiées par FO de poursuivre les actions pour y parvenir ;
  • Que la direction n’a pas respecté ses engagements à savoir communiquer « des mesures sur le pouvoir d’achat » le 13 mai dernier sous couvert de « vacances ministérielles ». Et que la direction s’est refusée à communiquer ses propositions soumises à l’approbation des ministres de tutelle.

Si l’augmentation de 300 euros de salaires ne correspond pas exactement à la revendication, gagner 300 euros sur les salaires améliorerait sensiblement le quotidien des agents et serait un encouragement pour gagner sur l’ensemble des revendications.
Dans l’ensemble des services, les agents sont dans une tension morale extrême notamment du fait des suppressions d’emplois organisées par la direction et de la désorganisation du travail qui en découle. Dans plusieurs services, les conséquences financières de PACT conduisent les agents à s’organiser pour porter leurs revendications sectorielles et à envisager des mobilisations.

Sur Mandat des assemblées générales, le syndicat FO ADP a proposé aux autres syndicats de se rencontrer le 6 mai et le 19 mai pour étudier la possibilité de l’action commune.
À ce jour, ces réunions n’ont pu se tenir. L’appel commun des unions départementales FO, CGT, CGC, UNSA, CFTC, SOLIDAIRES font la démonstration que c’est possible. Elles envoient un message d’union sur les revendications aux pouvoirs publics départementaux.
Si c’est possible au niveau départemental, alors cela peut l’être au niveau de l’entreprise. Tel est le sens de la déclaration des élus FO faite au CSE le 19 mai dernier.

Pour FORCE OUVRIÈRE, les revendications spécifiques ou sectorielles ne sont en rien contradictoires avec les revendications générales pour l’ensemble du personnel.
FO invite tous les salariés d’ADP à participer aux heures d’informations organisées la semaine du 30 mai sur la plateforme et à se saisir de tous les moyens d’action pour porter la revendication de 300 euros pour tous les salariés.
Sans attendre, le syndicat FO ADP appelle l’ensemble des agents à se saisir de cette mobilisation et à se réunir pour définir les revendications dans les services.

AUGMENTATION GÉNÉRALE
DES SALAIRES
300 € pour tous les salariés d’ADP
Pour aller vers l’augmentation
minimale de 5%
et pour endiguer les effets de PACT.

Aéroport ROISSY CDG en grève le 9 juin

Aéroport ROISSY CDG en grève le 9 juin

Déclaration unitaire 9 juin

Après la pandémie, le monde du travail traverse une nouvelle crise principalement liée à l’agression de l’Ukraine par le président de l’État Russe Vladimir Poutine. Cette guerre sur le sol européen déstabilise des filières de l’industrie en causant des problèmes d’approvisionnements et contribue à l’inflation des prix. Celle-ci atteint déjà les 4% et pourrait dépasser les 10% à la fin de l’année.

Les prix des carburants, du gaz, des produits alimentaires, du logement s’envolent. C’est insupportable pour celles et ceux qui ne vivent que de leur travail !

La question des salaires devient plus que jamais une question centrale. Or, cette revendication n’est pas entendue par le patronat qui n’abandonne en rien l’idée de préserver voire d’augmenter ses marges. La France continuera ainsi cette année à être la championne du monde en versement de dividendes aux actionnaires.

Le salaire brut, c’est du pouvoir vivre, du carburant pour l’économie, des cotisations pour nos biens communs, des moyens pour réorienter les consommations vers les biens éco responsables. Il y a urgence sociale et environnementale à l’augmentation des salaires !

Le 9 juin, les salariés de la plateforme aéroportuaire de Roissy ont décidé de lancer un mouvement avec des appels à la grève pour exiger 300 euros d’augmentation du salaire de base pour toutes et tous les salariés.

Alors que l’activité aéroportuaire reprend très énergiquement, le patronat organise le travail en sous effectifs, pour faire gonfler ses profits, tout en fermant la porte à de sérieuses négociations salariales.

Les organisations syndicales de la Seine-Saint-Denis appellent à la convergence et à la mobilisation de tous les salariés de l’aéroport de Roissy pour l’augmentation des salaires.

Une grève massive le 9 juin,
est le meilleur moyen d’obliger le patronat
à accepter l’ouverture de négociations salariales anticipées.
Toutes et tous ensemble !

Bobigny le 17 mai 2022

Intérimaires du travail temporaire

Intérimaires du travail temporaire

FO Intérim vous propose un livret spécial Travail Temporaire en Intérim

Les secteurs professionnels de la Section fédérale des Services de la FEC-FO recouvrent des métiers divers dont l’Intérim, les prestataires de services, les centres d’appels, les instituts de sondage, la promotion-construction, les métiers de l’animation, du tourisme, du sport, les bureaux d’études, le conseil, les secteurs de l’immobilier (syndic, agences immobilières, sociétés foncières, …), les concierges et gardiens d’immeubles, les salariés des cabinets d’avocats et d’experts comptables, etc.

  • Qu’est-ce que le Travail Temporaire, ou « intérim »,
  • Comment définir les Salaires et Primes (règle de l’égalité de traitement),
  • Les conditions du CDI-Intérimaire et la Garantie Minimale Mensuelle de Rémunération,
  • La Formation Professionnelle un outil majeur.
Les grandes revendications de la confédération FO

Les grandes revendications de la confédération FO

La Confédération Force Ouvrière,
libre et indépendante, pour la justice sociale.

Préambule 

Libre et indépendante à l’égard du patronat, des partis, groupements ou rassemblements politiques des sectes philosophiques et religieuses, la confédération générale du travail FORCE OUVRIÈRE ne donnera aucune consigne de vote pour les prochaines élections ; présidentielle puis législatives.

Pour l’essentiel :

POUR LES LIBERTÉS INDIVIDUELLES ET LIBERTÉS SYNDICALES

Refusant de vivre sous un régime d’urgence permanent, FO revendique le rétablissement de toutes les libertés individuelles et collectives, dont les libertés syndicales.
FO réaffirme sa détermination à défendre sans faiblesse le droit de manifester et le droit de grève. Contestant la prolongation du pass sanitaire transformé en pass vaccinal, FO dénonce les sanctions et suspensions de contrat de travail dont ont été victimes des milliers de salariés et revendique le rétablissement de ces salariés dans leur droit au travail.

POUR LES REVALORISATIONS DES SALAIRES ET PENSIONS

Face à la hausse des prix, à l’accroissement des inégalités, à l’explosion des dividendes versés aux actionnaires, FO revendique l’augmentation générale des salaires par :

  • La revalorisation significative du SMIC à hauteur de 80% du salaire médian et la revalorisation des grilles conventionnelles de salaires.
  • La revalorisation de l’indice de rémunération de la fonction publique.
  • L’augmentation des pensions et le retour à l’indexation des pensions sur l’évolution des salaires.

POUR UN VRAI TRAVAIL AVEC UN VRAI SALAIRE

FO revendique le droit à un emploi pérenne à temps plein en CDI pour toutes et tous, dès l’entrée dans la vie active pour les jeunes, jusqu’au départ en retraite pour les seniors.
FO revendique l’égalité professionnelle effective entre les femmes et les hommes, l’accès et le maintien dans l’emploi pour les personnes affectées d’un handicap.
FO revendique la fin des abus de contrats courts et très courts qui constituent la très grande majorité des embauches initiales.

POUR LIBÉRER LES NÉGOCIATIONS COLLECTIVES

FO réaffirme son attachement à la liberté de négociation au niveau national interprofessionnel mais également à la négociation collective de branche, seul niveau permettant de garantir un socle minimum de droits pour tous les salariés d’un même secteur d’activité.

POUR LE RETOUR À UNE ASSURANCE CHÔMAGE JUSTE ET SOLIDAIRE

FO demande l’abandon de la réforme de l’assurance chômage qui priverait de leurs droits légitimes les demandeurs d’emplois et accroîtrait leur précarité. Elle demande pour pôle emploi des moyens humains et matériels nécessaires à un accompagnement de qualité des demandeurs d’emploi.

CONTRE TOUT RECUL DE L’ÂGE DE LA RETRAITE

FO réaffirme sa détermination à défendre un système de retraite par répartition solidaire et intergénérationnel et à conforter et améliorer les dispositions du système actuel et de ses régimes, afin de garantir un haut niveau de pension à toutes et à tous.
FO à empêché la mise en place d’un régime universel par points qui prévoyait la réduction du niveau des pensions et le recul de l’âge de la retraite.

POUR LE RÉTABLISSEMENT PLEIN ET ENTIER DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

FO réaffirme son attachement aux principes fondateurs de la Sécurité Sociale qui reste l’une de nos plus grandes conquêtes sociales fondée sur la solidarité et la cotisation sociale. FO s’oppose à une étatisation de la Sécurité Sociale et à une approche financière renforcée qui conduirait à un système d’assurance publique à minima, à une désertification de la présence territoriale des organismes de Sécurité Sociale, à la suppression massive d’effectifs et à la disparition de la Mutualité Sociale Agricole.

PAS DE RÉPUBLIQUE SANS SERVICES PUBLICS

La crise sanitaire à souligné à nouveau le rôle essentiel de la Fonction Publique et des services publics indispensables à la cohésion sociale et à la lutte contre les inégalités et les facteurs d’efficacité économiques.

FO revendique pour les agents de la fonction publique, un statut renforcé, capable de répondre aux besoins fondamentaux de la population. FO exige l’arrêt des suppressions d’emplois, des fermetures de service et le recrutement de fonctionnaires titulaires par concours.

FO s’oppose à la concurrence et à la privatisation des services publics (SNCF,EDF, RATP…) qui engendrent une dégradation de l’offre, des fermetures de sites, la perte de proximité pour la population, une dégradation des droits des travailleurs et l’augmentation des tarifs des services concernés.

Un militant FO élu Président du Conseil de Prud’hommes de Bobigny

Un militant FO élu Président du Conseil de Prud’hommes de Bobigny

Discours de rentrée, le 11 janvier 2022

      Mesdames et Messieurs,

Je m’associe aux remerciements et aux vœux que vous avez, Monsieur le Président, adressés aux personnalités qui nous font l’honneur d’assister à notre audience solennelle de rentrée 2022.

À vous tous, juges départiteurs, juges du droit du travail, greffiers, personnel administratif, je souhaite une très bonne année 2022. Qu’elle soit pour vous et vos proches, source de bonheur, de réussite, de célérité tant personnelle que professionnelle.

Tout d’abord, je tiens à remercier l’ensemble des conseillers Prud’hommes du collège salarié qui, par leur vote, m’ont témoigné leur confiance en m’élisant à la présidence du Conseil de Prud’hommes de Bobigny, je saurai m’en montrer digne.

Je leur affirme ma volonté d’œuvrer, tous ensemble, dans le dialogue et l’unité.

Monsieur le Vice-Président, je vous adresse mes sincères félicitations pour votre réélection. Je sais que nous partagerons la même conviction quant à la nécessité de défendre notre juridiction, et que nous aurons la même volonté de la pérenniser.

Je félicite également les conseillers prud’hommes élus référistes, président et vice-président de sections et d’audience.

Merci aux juges départiteurs pour la qualité du travail accompli.

Merci à l’ensemble du personnel du Conseil, Madame GRENOUILLAT, Directrice du greffe, les greffiers, le personnel administratif et un remerciement plus appuyé à Madame TOXÉ adjointe administrative en charge de la gestion des conseillers quant à sa disponibilité et au travail qu’elle a dû fournir. Toutes ces personnes qui ont été et sont présentes afin d’assurer la continuité de la justice prud’homale sur l’un des départements le plus touché par l’épidémie de Coronavirus.

Je veux saluer l’implication de tous au service des justiciables.

Vous nous manifestez par votre présence Monsieur le Procureur de la République vos encouragements, dans notre mission. Vous soulignez ainsi l’importance du rôle de notre juridiction dans le fonctionnement de la justice Prud’homale. Nous vous en remercions.

Nous sommes sensibles Mesdames et Messieurs les avocats, pour l’intérêt que vous portez à notre institution.

Chacun sait que les avocats sont partie prenante et acteurs incontournables de la vie judiciaire de notre juridiction.

Vous êtes nos partenaires. Avec le Barreau de Bobigny, attentif et dynamique, le dialogue sera toujours ouvert et riche, et nos échanges sont toujours marqués par des relations cordiales et de confiances.

Nous vous remercions Monsieur le Bâtonnier, de l’intérêt que vous manifestez envers notre juridiction, pour votre disposition à promouvoir de bonnes relations entre le barreau et notre Conseil. Je souhaite aujourd’hui remercier Monsieur Victor MEDOKPO pour sa contribution à la bonne marche de notre juridiction.

Chacune et chacun à sa manière, en des circonstances parfois difficiles et avec des moyens qui ne sont pas toujours à la hauteur d’une justice moderne, contribue chaque jour à assurer le bon fonctionnement de la juridiction.

Tous, manifestent un grand sens du service public et de l’organisation.

Je vais procéder à l’ouverture de l’année judiciaire 2022 dans un contexte difficile.

Laurent HUSSON | Président du Conseil de Prud’hommes de BOBIGNY

D’abord un contexte sanitaire que nous vivons depuis maintenant près de 3 ans.

L’année 2022 sera la dernière année de la mandature des désignations effectuées en 2018. Une fois de plus, une année supplémentaire a été décidée par nos instances dirigeantes, année qui servira aussi à préparer les prochaines désignations.

Je poursuivrai mon discours en évoquant le décret portant le nombre de conseillers Prud’hommes de Bobigny de 234 à 360 conseillers au 1er janvier 2023, soit près de 55 % en plus. Le décret 2021-1102 du 19 août 2021 fixe la composition de notre Conseil comme suit :

SECTIONSCOLLÈGE EMPLOYEURCOLLÈGE SALARIÉ
Section industrie3535
Section commerce7070
Section activités diverses4040
Section agriculture44
Section encadrement3131

Une telle augmentation d’effectif doit forcément se traduire pour les justiciables par plus d’audiences et des délais réduits pour rendre justice.

OUI, MAIS !

Comment peut-on augmenter le nombre d’audiences sans locaux supplémentaires ? Sans effectif du greffe en plus ? Sans les autres moyens en supplément ? Pour anticiper les difficultés, les organisations syndicales ont été reçues au ministère de la Justice afin de demander la création d’un 2ème Conseil des Prud’hommes sur notre département qui pourrait se situer dans la zone nord de la Seine-Saint-Denis. Je compte faire de ce projet ma priorité, car à l’heure actuelle l’insuffisance des moyens consacrés au Conseil de Prud’hommes de Bobigny, tant en salles de délibéré, bureaux de rédaction, salles d’audience, personnels de greffe, … est déjà constaté à ce jour. Faut-il constater une situation bloquée pour entrevoir une solution ?

De priorités, il ne va pas en manquer :

  • Le remplacement du poste de Catégorie A de directeur adjoint du greffe. Madame DESGEORGES Directrice Adjointe, nous fait cruellement défaut à tous points de vue depuis plusieurs mois. Tant au niveau du personnel du greffe, que de l’interprétation des arcanes judiciaires auxquelles sont confrontés les conseillers ;
  • Le remplacement des greffiers partis par voie de mutation ;
  • Les moyens accordés aux conseillers pour l’accomplissement de leur mission ;
  • L’absence de réunions des conseillers pour évoquer les difficultés rencontrées lors des audiences ou délibérés ;
  • Le respect des conseillers par les parties intervenantes.
  • Le respect des conseillers par le paiement revalorisé des frais kilométriques et des heures passées au service de la justice prud’homale, dans des délais respectant la législation en vigueur. Car, il est impensable de demander à des conseillers de passer en voie de condamnation pour le non-respect du droit du Travail, alors même que les services de l’état ne respectent pas des délais légaux pour payer l’ensemble des sommes dues aux conseillers. Les conséquences, en sont importantes.
  • L’absence de sonorisation des salles d’audience : l’apparition des masques et des protections en plexiglas détériorent grandement la qualité d’écoute des audiences.
  • L’accès au restaurant administratif pour les conseillers.

Mais aussi, il est bon de rappeler pour ceux qui pourraient l’avoir oublié lors de notre prestation de serment devant Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance et Madame La Procureure de la République que :

La justice est une institution majeure de notre République et de l’état de droit, et qu’il faut veiller à ce que la justice du droit du Travail ait sa place, toute sa place sans négliger tout ce qui pourrait contribuer à l’affaiblir ou la déconsidérer. Cette vigilance ne saurait tolérer la moindre négligence !

Les conseillers Prud’hommes exercent leurs fonctions en toute indépendance, impartialité, dignité, probité, et se comportent de façon à exclure tout doute légitime à cet égard.

Pour être indépendant le Juge doit se méfier de lui-même comme des autres. L’impartialité composante de l’indépendance, est au prix de cette méfiance.

Elle entraîne le magistrat dans un difficile combat où il doit dominer ses émotions et avoir d’autres références que ses propres valeurs.

L’indépendance du Juge est l’élément fondateur de la justice. Le Juge du Travail ne doit surtout pas se prévaloir d’un mandat impératif.

Il lui faut laisser sa ‘casquette syndicale employeur comme salarié’ à la porte du Conseil, et juger en toute neutralité.

Il se doit de faire une recherche sincère et rigoureuse de l’obligation du droit”.

Dans le cas contraire, il trahirait sa fonction de Juge !

Dans une autre approche, et dans le cadre de cette mandature, il est essentiel de redonner une place très importante au justiciable.

Lors du dernier bureau administratif Monsieur MALOUM indiquait que le délai d’audiencement est en moyenne d’un mois et demi après la saisine des BCO.

Le souci principal de tout requérant, et ce dans 98 % des cas, est de faire juger son affaire le plus rapidement possible.

Après avoir fait l’objet d’un licenciement abusif, ou de ne pouvoir obtenir ses droits de la part de son employeur, tel que, par exemple, le paiement des heures supplémentaires, la reconnaissance d’une qualification, la discrimination salariale, …

Il attend son jugement, pour tourner la page, et mettre ainsi rapidement fin à son litige, et c’est aussi l’intérêt de l’employeur.

Il est vrai que la lenteur de la justice prud’homale est insupportable pour le justiciable, et que la durée raisonnable des procédures constitue une des dimensions fondamentales du procès équitable.

Cette situation a d’ailleurs justifié de nombreuses condamnations de l’État.

Déjà, le tribunal de Grande Instance de Paris motivait ainsi sa décision :

Si manifestement ces délais excessifs résultent du manque de moyens de la juridiction prud’homale, il n’est pas discutable qu’il revienne à l’État de mettre en œuvre les moyens propres à assurer le service de la justice dans des délais raisonnables, faute de quoi, il prive le justiciable de la protection juridictionnelle qui lui est due”.

Pour remédier à ce dysfonctionnement le BCO (Bureau de Conciliation et d’Orientation) apporte, en partie, une solution non négligeable.

Certes, le Bureau de Conciliation et d’Orientation demeure un cadre judiciaire qui préserve les droits de chaque partie, mais depuis le 1er août 2016, il est possible, si les parties respectent la procédure, de faire une mise en état lors du BCO, et à défaut de renvoyer vers un deuxième BCO.

Ainsi, l’affaire sera obligatoirement entendue dès le premier Bureau de Jugement.

Ce fonctionnement devait, et doit diminuer la durée de la procédure.

Mais, nous sommes saisis en bureau de jugement d’un grand nombre de renvois, le plus souvent pour non-respect des dates d’échanges des pièces convenues en séance de BCO.

C’est ainsi que des avocats plaident trop souvent et apparemment sans aucun scrupule des 3ème ou 5ème renvois non justifiés, qui sont surtout préjudiciables à leur client et donnent une image désastreuse du CPH.

Même si les derniers chiffres laissent à penser que les délais s’arrangent au profit des justiciables, on peut se rendre compte lors des audiences que les mauvaises habitudes reprennent vite le dessus.

Le manque de diligence de la part de nombre d’avocats fait que souvent une moitié des audiences fasse l’objet de renvois, ce qui est tout à fait excessif. Plusieurs audiences au cours de l’année passée se sont soldées sans qu’une seule affaire ne soit entendue !

Toutes devant être renvoyées, ou faire l’objet d’une radiation pour dossiers “non en état d’être plaidés”. Ce n’est plus possible, et ce n’est plus acceptable !

Ces demandes de report successives n’auront plus cours, à moins d’être dûment justifiées.

Monsieur Le Bâtonnier, quelles solutions envisagez-vous pour faire cesser ces abus, prétendument fondés sur la déontologie entre avocats, ce que nous avons peine à croire !

Nous attirons l’attention des Juges du Travail sur la nécessité de rendre les motivations de leurs jugements au jour du prononcé des affaires, afin de satisfaire en droit les requérants et asseoir notre réputation.

Un autre paramètre d’amélioration de la durée de nos affaires a été la maîtrise des dates de prononcé avec le respect de celles-ci. Dans la grande majorité des cas, le délai des trois mois maximums après l’audience a été respecté. Pour satisfaire ces délais, il faut évidemment un délibéré sans retard et une décision rédigée et signée au moins 15 jours avant la date du prononcé. Il est impératif de respecter les dates retenues.

Il y a malheureusement des exceptions. Il n’est pas admissible que pour certains juges appartenant aux deux collèges, il y ait plus d’une prorogation et que nous arrivions à un prononcé à plus de 10 mois après la tenue de l’audience de jugement.

Cette mauvaise image de la justice générée par quelques-uns, rejaillit inexorablement sur l’ensemble de la juridiction.

Et c’est pour cela qu’il est bon de rappeler, alors que la procédure de médiation monte en puissance, que cette disposition est payante pour les deux parties. Ainsi, le salarié se voit donc supprimer un droit à la gratuité de la justice.

Nous veillerons ensemble à ce que ces dysfonctionnements cessent et ce, surtout, dans l’intérêt du justiciable ; je m’y engage personnellement.

Pour les nouveaux arrivants qui ont accepté de prendre des présidences d’audience, le vice-président et moi-même ferons preuve de plus d’indulgence. Il va de soi qu’ils bénéficieront du soutien des anciens dans la rédaction conforme de leurs jugements. Pour ma part, je serai au Conseil le temps qu’il faudra pour les aider à appréhender leurs nouvelles fonctions.

Ils auront, comme pour les anciens, le temps nécessaire et utile pour la rédaction de leurs motivations.

Si la loi Macron du 06 août 2015 avait comme objectif principal de faciliter l’accès à la justice et de réduire les délais, il s’avère dans les faits qu’elle n’a pas pour l’heure apporté de solution probante à la question des délais.

Mais, elle a rendu plus complexe l’accès à la saisine, et renforcé l’importance de l’écrit au détriment de l’oralité.

Cette complexification des saisines, sous forme de requêtes compliquées pour ne pas dire dissuasives, porte une grave atteinte au principe d’égalité des citoyens devant la justice, en évinçant les travailleurs les plus fragiles, et les plus pauvres.

Je tiens à rappeler, afin de pallier aux difficultés rencontrées par le salarié qui désire porter son affaire aux Prud’hommes, et qui ne peut financièrement se faire assister par un avocat, que nous avons prévu à l’accueil de notre Conseil de lui remette la liste des Défenseurs Syndicaux (ils sont près de 150 défenseurs dans notre département).

Défenseurs syndicaux qui en application des dispositions du Code du travail, sont à même d’accompagner les salariés tout au long de la procédure, et ce, bien évidemment, gratuitement.

Les ordonnances sur la loi du travail signées le 22 septembre 2017 par le Président de la République ont porté atteinte à la notion même de Juge en instituant une “barémisation” des indemnités prud’homales dans le cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, remettant ainsi en question l’appréciation des juges du Travail et risquant de donner lieu à des stratégies de contournement.

En rendant plus complexe la saisine, en encadrant les indemnisations, le risque est par exemple que les “petits litiges” ne soient plus traités, avec toutes les conséquences que cela peut entraîner.

Il faut donc agir pour rétablir l’équilibre entre les parties.

Je ne terminerai pas cette partie de mon discours sans évoquer les décisions rendues il y a plusieurs mois par les Conseils de Prud’hommes de Troyes, Amiens et Lyon, etc. déclarant illégal le plafonnement des indemnités des salariés.

Nous ne pouvons que nous satisfaire de ces décisions.

Ces décisions estiment inconstitutionnel, c’est-à-dire contraire à la légalité internationale, le plafonnement des indemnités prud’homales instaurées par les ordonnances Macron en cas de licenciement abusif.

Rappelons que le droit en responsabilité civile dit que : “celui qui par sa faute cause un dommage, s’oblige à le réparer entièrement”.

Ce principe est applicable à toutes les branches du droit, et, vouloir y déroger en droit du Travail, trahit le véritable objectif de la réforme, celui de permettre une impunité relative réservée aux seuls employeurs.

Pour les salariés, on imagine la dureté d’un plancher qu’on abaisse, et pour les employeurs, la protection d’un plafond.

C’est tout le droit du Travail qui est bouleversé, on s’en prend à l’autorité et à l’intelligence des Juges du Travail, en tentant de jeter le discrédit sur les conseillers prud’homaux.

Nous rappelons ici que le Code pénal interdit de jeter le discrédit sur la justice et ses décisions.

Que les juges écartent une loi votée, parce qu’inconstitutionnel, n’est pas de l’ignorance de celle-ci, mais l’exercice de leur pouvoir juridictionnel”.

Venons-en au point noir de ce Conseil :
le départage.

Le délibéré est collégial, mais en raison du non-accord des quatre juges, il est fait appel au juge départiteur.

Ce renvoi devant le juge départiteur doit être une exception !

Je rappelle que le départage doit porter sur un point de droit, et doit résulter d’un problème d’interprétation du droit.

En aucun cas le départage ne peut être décidé par la formation pour un problème de quantum, ou pire d’un mandat impératif.

Or, cette règle a été dévoyée à Bobigny par certains d’entre nous !

En aucun cas, un renvoi devant le juge départiteur ne peut résulter du fait que le Juge du travail ne peut pas en son âme et conscience faire droit aux demandes, ou de débouter celles-ci.

Mais pire encore, gagner du temps pour satisfaire un adhérent de son organisation.

Les juges du droit du Travail qui agissent de la sorte portent atteinte aux principes du Conseil de Prud’hommes, et cause son profond dysfonctionnement.

Pour le départage, je rappellerai les propos de Madame La Procureur de la République du tribunal judiciaire de Bobigny en 2018, qui voyait dans le départage l’échec de notre justice et donc de nous-même.

Avant de se mettre en départage sur un problème d’interprétation du droit, il serait judicieux de s’appuyer sur la jurisprudence qui constitue une source de droit incontournable.

La jurisprudence interprète les lois lorsqu’elles sont obscures et en comble les lacunes. Le juge ne peut l’écarter au prétexte que ce n’est pas un texte de loi.

Il est tout aussi impératif d’être présent personnellement à chaque audience de départage afin de faire valoir ses valeurs sur les points de droits qui ont amené devant le juge départiteur.

Le Juge du droit du Travail, qui ne respecte pas ces bonnes pratiques, porte une atteinte grave aux principes du Conseil de Prud’hommes, et prend la responsabilité de ce dysfonctionnement qui met en cause l’honneur de la Justice.

Ne donnez pas ainsi du grain à moudre à nos détracteurs, et à tous ceux qui veulent supprimer l’institution que sont les CPH.

Par ailleurs, la continuité de concertation entre la présidence et le greffe doit demeurer, voir s’intensifier, afin de parfaire le bon fonctionnement de ce Conseil.

Nous devrons réfléchir à la mise à jour de notre règlement intérieur pour une totale transparence de notre fonctionnement vis-à-vis des points évoqués précédemment.

Je tiens à remercier Monsieur le premier Président de la mise en place de 3 juges à demeure qui a eu pour effet une baisse importante du stock des dossiers de départages.

Je veux en profiter pour remercier les juges départiteurs, et les juristes assistant de justice, qui grâce à un travail remarquable ont su gérer à la baisse le stock de dossiers de départage de notre juridiction.

Cet exemple montre combien il est plus que jamais nécessaire d’entretenir des relations régulières avec les différents acteurs du monde judiciaire.

Pour cela des rencontres et des réunions sont indispensables afin de maintenir un lien, de pouvoir évoquer les problèmes et rechercher ensemble les solutions les mieux adaptées.

Nous vous remercions d’avoir engagé cette procédure dès le 16 décembre 2021, en nous présentant vos positions respectives sur certains points de droit, nous permettant de nous positionner pour la suite de nos délibérés. Nous souhaitons vivement que ces bonnes pratiques puissent s’installer dans la durée.

Je ne doute pas que nous fonctionnerons de manière harmonieuse, à nos places respectives.

Tous, nous œuvrerons dans les seuls intérêts qui comptent, ceux de la justice Prud’homale, et du bon fonctionnement de notre Conseil.

Dans ce but, je m’attacherai à conforter le climat de dialogue et de respect existant dans notre Conseil ; à réaliser nos objectifs afin que notre justice soit rendue dans les délais satisfaisants ; à encourager une démarche qualité dans la gestion quotidienne de notre juridiction ; à continuer inlassablement de donner à notre Conseil la place qui lui revient, en suscitant davantage de reconnaissance à sa noble mission qu’il accomplit avec le souci constant de concilier, apaiser les conflits, arbitrer les enjeux contradictoires…

En un mot, avec le soin de juger.

Je vous remercie de m’avoir écouté.

Monsieur le Procureur de la République, avez-vous d’autres réquisitions à formuler ?

Je déclare ouverte l’année judiciaire 2022 du Conseil de Prud’hommes de Bobigny.

Installés dans leurs fonctions : les présidents ; vice-présidents de section ; les suppléants des présidents et des vice-présidents ; ainsi que les conseillers appelés à siéger en référé issus de l’assemblée générale, et des assemblées de section du 11 janvier 2022. Je donne acte à Monsieur le Procureur de la République de ses réquisitions. Déclare qu’il a été satisfait aux prescriptions de l’article R.111-2 du Code de l’organisation judiciaire, dit que du tout, il sera dressé procès-verbal par les soins de Madame le Directeur de greffe.

L’audience solennelle est levée. Je vous remercie, encore toutes et tous de votre présence.

CONSEIL DE PRUD’HOMMES DE BOBIGNY

Adresse : 1-13 rue Michel de l’Hospital 93008 Bobigny
Horaires d’ouverture, du Lundi au Vendredi : de 08h45 à 12h00 et de 13h15 à 16h15
Téléphone : 01 48 96 22 22

Contre Zemmour, son monde et ses idées

Contre Zemmour, son monde et ses idées

DÉCLARATION DES SYNDICATS DE LA SEINE-SAINT-DENIS

La Seine-Saint-Denis n’est pas
la poubelle de l’extrême droite ! 

Contre Zemmour, son monde et ses idées
maintenons la mobilisation !

Comme à Nantes, Marseille, Bordeaux, Genève … Zemmour fait face à la contestation citoyenne dans chaque ville où il essaie de déployer sa propagande réactionnaire et raciste.

À Paris, une dynamique s’est mise en place pour couvrir de nos slogans ses discours nauséabonds et faire taire sa mécanique de la haine. Des appels à rassemblement devant le Zénith, et une grande manifestation appelée par plus d’une cinquantaine de partenaires, recevaient un écho important auprès notamment de nos bases syndicales, ce qui présageait d’un temps forts d’ampleur.

Mercredi Éric Zemmour, désormais candidat à la présidentielle, annonçait le déplacement du meeting du Zénith de Paris au Parc des exposition de Villepinte, aux portes de l’aéroport Charles De Gaulle. C’est une première victoire ! Il bat en retraite ! C’est la démonstration de la force du mouvement social contre lui et les idées d’extrême droite. Mais, nous ne nous satisfaisons pas du maintien du meeting, de surcroît sur le territoire de la Seine-Saint-Denis.

Il est évident pour nous que le choix du Parc des expositions est lié à son caractère isolé et désert, c’est un lieu hors sol, où Zemmour pourra s’isoler pour déverser sa haine, sans possibilité pour les habitants de s’exprimer.

Ce délinquant, condamné pour provocation à la discrimination raciale, n’a pas sa place en Seine-Saint-Denis ! Les patrons qui ont accepté de commercer avec ce personnage pour lui offrir un lieu de replis porte une lourde responsabilité.

Que ce soit à Paris, en Seine-Saint-Denis ou ailleurs nous serons sans faiblesse afin de combattre les idées d’extrême droite qui véhiculent le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme, l’islamophobie, le patriarcat et la “LGBT”phobie. Nous lutterons sans relâche pour défendre les valeurs fondamentales et dénoncer des slogans et politiques qui visent des composantes de la communauté nationale et qui font de l’étranger, du migrant, le bouc émissaire.

Nous continuerons à lutter contre toutes les résurgences du fascisme, pour un syndicalisme de l’unité des travailleurs, de la fraternité et du progrès social !

  Bobigny le 3 décembre 2021

Consulter/télécharger le PDF